Waveboard : Votre guide pour choisir

Des premières planches de fortune fabriquées par les enfants, dont les parents n’avaient pas les moyens d’acheter une trottinette à la fin des années 1950, à la très grande variété de planches actuelles, le skate a évolué. Aujourd’hui il se décline en différentes pratiques et différentes planches selon l’utilisation.

Parmi les modèles les plus récents, il y a le waveboard, également appelé caster board, essboard ou rip stick. Le nom change souvent selon les marques. En effet, il n’existe pas encore de véritable appellation pour ce type de planche. Nous allons principalement utiliser le terme waveboard, tout simplement, car il est actuellement le plus répandu.

Pour tous ses modèles, le point commun est que la planche est montée sur deux roues seulement au lieu de quatre roues pour un skateboard et la plupart de ses dérivés : longboard, cruiser, etc. Les différents modèles de waveboard ont également un profil assez similaire.

Ces deux roues changent la façon dont on se déplace. Le rip stick peut être utilisé pour se déplacer à l’image d’un cruiserboard, mais il a surtout été créé pour réaliser des tricks que ce soit dans la rue ou dans un skatepark.

Découvrons ensemble quels sont les éléments à prendre en compte pour choisir son modèle de waveboard et quelles sont les meilleures planches du moment.

Qu'est-ce qu'un waveboard ?

En français wave signifie vague, mais le nom waveboard provient en réalité de la marque de skate The Wave. De même, rip stick pourrait être traduit par fendre l’obstacle, mais encore une fois ce nom est celui utilisé par la marque Razor. Finalement, le nom plus générique est peut-être caster board qui signifie littéralement planche pivotante.

En effet, pour la plupart des modèles, le waveboard se caractérise par une planche divisée en deux decks, c’est-à-dire en deux parties reliées entre eux par un axe de torsion. Sous chaque deck se trouve une roue pivotante, de 180° à 360° selon les modèles. Cependant, pour certains caster boards les deux decks sont réunis par une barre fixe en plastique et d’autres par deux barres fixes en plastique.

Dans tous les cas, le principe est le même. Pour avancer l’utilisateur doit alterner les appuis entre le talon et les orteils et de façon asymétrique entre les deux jambes. Pour un virage, il faut mettre son poids vers le côté où l’on souhaite tourner. Sa maniabilité se rapproche un peu du streetboard.

Le waveboard sert avant tout à réaliser des figures. Il est à la fois adapté aux tricks en milieu urbain ou à ceux réalisés au sein d’un skatepark.

Les meilleures offres du moment

Comment ça marche ?

Pour un novice, le caster board peut paraître plus complique que le skateboard, mais en réalité, même s’il est posé sur deux roues au lieu de quatre roues, sa pratique n’est pas vraiment plus compliquée.  Les roues d’un waveboard ne ressemblent pas à celle d’un skateboard, elles sont plus proches des roues d’un roller.

Pour se lancer, le skateur doit d’abord poser un pied sur le deck avant du rip stick. Puis, avec l’autre pied, il doit effectuer une forte poussée sur le sol et rapidement poser son pied sur le deck arrière. Ensuite, tout est une question d’équilibre et de mouvements. À l’image d’un skateboard classique, le mouvement part des hanches jusqu’aux pieds. Comme évoqué plus haut, le but est d’avoir un mouvement de twist asymétrique entre l’avant et l’arrière de la planche en tournant les hanches l’une après l’autre et en variant les appuis entre les orteils et les talons.

Le mieux est de regarder des vidéos pour comprendre comment on se déplace en waveboard, car des images valent mieux que des mots pour expliquer la façon dont s’utilise ce type de skate.

Waveboard, cruiser, skateboard ou longboard : quelles différences ?

Le skateboard est le modèle que tout le monde connaît et celui qui a inspiré tous les autres. Il s’agit d’une planche de 29 à 36 pouces de longueur et de 7,25 à 8,25 pouces de largeur, en dessous de laquelle sont fixés deux trucks possédant chacun deux roues. Le skateboard est le plus polyvalent, puisqu’il peut être utilisé pour le déplacement, même s’il est surtout conçu pour réaliser des tricks en milieu urbain ou en skatepark. Il possède de petites roues fines et dures plus adaptées aux tricks. Le noze et le tail sont le plus souvent relevés.

Le longboard désigne en règle générale une planche d’une longueur supérieure à 36 pouces. Mais de façon plus précise, le longboard se distingue également par une planche légèrement plus large, des trucks plus larges, des roues plus larges, plus grandes et plus molles. Le noze a tendance à être plat, mais le tail est parfois relevé. Plus stable, mais moins maniable, il est conçu pour le déplacement et pour aller plus vite. Néanmoins, il est possible de réaliser certains tricks, surtout en milieu urbain.

Le cruiser skate ou miniboard, désigne une planche d’une longueur inférieure à 29 pouces et d’une largeur souvent inférieure à 7 pouces. Ses roues ont un diamètre proche de celles d’un longboard, mais elles sont souvent plus larges. Les trucks sont plus courts et plus fins que ceux d’un skateboard. Le noze est quasi inexistant et le tail est réduit, mais souvent relevé.  La planche est plus flex (souple) et elle est souvent en plastique, plus qu’en bois. La plupart des modèles en plastique ne possèdent pas de véritable grip, mais des croisillons directement sculptés dans le plastique. Très maniable, le cruiser est conçu pour les déplacements en ville et la réalisation de quelques tricks.

Le waveboard est divisé en deux decks disposant chacun ‘une seule roue proche de celle d’un roller. Elles tournent à 180° ou 360°. Selon les modèles, les deux decks peuvent être reliés par un axe avec ou sans torsion. Le caster board convient surtout pour la réalisation de tricks en milieu urbain ou en skatepark, comme tout skate, on peut aussi s’en servir pour se déplacer.

Comment choisir son waveboard ?


Le premier critère consiste à choisir la forme du waveboard et plus précisément la présence ou non d’un axe de torsion. Il s’agit de la principale différence entre les modèles de caster boards présents sur le marché. Une fois ce critère défini, vous pouvez réfléchir aux suivants :

  • Longueur et largeur du waveboard
  • Tailles de roues
  • Dureté des roues
  • Rotation des roues : 180° ou 360°
  • Système de roulement
  • Esthétique
  • Poids maximum supporté
  • Poids de la planche
  • Qualité et solidité du waveboard

Comparatif : notre sélection des meilleurs waveboards 2019

Modèle

Caractéristiques

Prix

Maxofit Pro XL

  • Longueur : 88 cm
  • Largeur : 30 cm
  • Hauteur : 23 cm
  • Système de roulements à billes : ABEC 7
  • Roues lumineuses (LED) lorsqu’elles sont en mouvement
  • Dureté des roues : 90
  • Matière : plastique
  • Housse de rangement
  • Petit kit d'outils
  • DVD d'instructions
  • Poids maximum supporté : 95 kg
  • Un large choix de coloris
  • Longueur: 85,5 cm
  • Largeur: 22,5 cm
  • Hauteur: 12 cm
  • Poids : 3,4 kg
  • Système de roulements à billes :  ABEC 11
  • Roues avec LED intégrées
  • Roues de 80 cm
  • Roues qui pivotent à 360°
  • Matière : granulé de plastique
  • Poids maximum supporté : 120 kg
  • Axe de torsion en aluminium de 5 mm d'épaisseur
  • Housse style militaire
  • DVD d’instructions
  • Petit kit d'outils
  • Un large choix de coloris
  • Longueur : 86,5 cm
  • Largeur : 27,5 cm
  • Hauteur : 16 cm
  • Poids : 2,4 kg
  • Matière : polymère ultra-léger et renforcé
  • Grip en plastique
  • Plot de traction arrière de 1,4 cm d’épaisseur
  • Roues en uréthane
  • Roues qui pivotent à 360°
  • Poids maximum supporté : 100 kg
  • Couleur : blanc avec deck arrière multicolore
  • Longueur : 86 cm
  • Largeur : 23 cm
  • Hauteur : 11 cm
  • Poids : 2,4 kg
  • Surfaces de traction à crampons
  • Planche concave
  • Roues de 7,6 cm
  • Roues en polyuréthane
  • Système de roulements à billes : ABEC-5
  • Poids maximum supporté : 70 kg
  • Existe en trois coloris : bleu, rouge et argent

Quel waveboard acheter ? Notre avis et recommandation 

Si vous désirez un modèle avec axe de torsion, nous vous conseillons le FunTomia Waveboard qui offre une qualité générale supérieure au waveboard Maxofit Pro XL.

Cependant, si pour vous l’axe de torsion n’est pas un critère important, alors nous vous conseillons le waveboard Razor Ripstik Air. Solide, léger, il fait ce que l’on attende de ce type de skate. Par contre, il convient surtout pour les enfants et les adolescents, car il est conçu pour une charge maximale de 70 kg.

Le modèle Razor Ripsurf convient davantage aux adultes avec un poids maximum supporté de 100 kg. Son design est très soigné et il ressemble à une petite planche de surf.

Pourquoi choisir une waveboard ?


Il faut choisir un type de skate en fonction de l’utilisation que vous comptez faire. Si vous désirez faire des randonnées en skate et de longue balade, optez plutôt pour un longboard. Idem si vous désirez descendre à pleine vitesse des pentes (downhill) ou pratiquer le carving. Pour les petits déplacements en ville, le cruiserboard est plus adapté.

Mais si vous désir surtout réaliser des tricks en milieu urbain ou dans un skatepark, vous avez le choix entre le skateboard et le waveboard. Normalement, l’apprentissage passe par le skateboard, et ensuite, lorsqu’on veut découvrir une nouvelle façon de skater, on passe au caster board.

Le but du waveboard est avant tout de découvrir de nouvelles sensations, plus proches du surf. Le mouvement est différent de celui d’un skateboard, et le waveboard est plus adapté pour la réalisation de certains tricks. Mais l’avantage du waveboard c’est aussi que vous n’avez pas besoin de poser le pied par terre pour avancer ou monter une côte. En effet, le mouvement de twist propre au waveboard permet de redonner de l’élan tout en restant sur la planche.

Débuter avec un waveboard : combien de temps pour apprendre ?

Au départ, on a surtout l’impression que l’on ne va pas pouvoir rester en équilibre sur cette planche à seulement deux roulettes. Mais comme pour le vélo, l’équilibre vient avec le mouvement et c’est pour cette raison qu’il est nécessaire de donner une bonne impulsion dès le départ.

Ensuite, il faut avancer en alternant les phases d’élan et celles de twist. Le mouvement twist s’appuie sur la taille, les hanches et les chevilles, afin d’alterner les appuis pour faire avancer le waveboard un peu à la façon d’un serpent. Une fois le mouvement maîtrisé, on n’a pas besoin de redonner de l’élan en posant le pied par terre, tout se fait via le mouvement de twist. Il est même possible de remonter des pentes pas trop abruptes.

Si vous n’avez jamais pratiqué ni de skate ni de sport de glisse de type snowboard ou surf, nous vous conseillons de commencer par le skateboard classique avant de vous lancer dans le waveboard, surtout si vous êtes un adulte. Le skateboard vous apprend à maintenir votre équilibre, à tourner, à freiner et éventuellement à réaliser des tricks.

Une fois que l’on sait faire du skate, l’apprentissage du waveboard est très rapide. En quelques heures, il est possible de maîtriser le mouvement. Par contre si vous partez de zéro, selon votre adresse et la fréquence de vos entraînements, il vous faudra de plusieurs semaines à plusieurs mois avant de réussir à circuler de façon fluide avec un waveboard. Et pour les figures, il s‘agit d’une autre affaire.

Où acheter une waveboard au meilleur prix ?

Si vous habitez dans une grande ville, vous trouverez un waveboard dans la plupart des boutiques de skate. On en trouve aussi parfois dans les enseignes d’équipements sportifs. Cependant, la recherche se complique lorsqu’on n’a pas de boutique de skate ou de grande enseigne de sport à proximité de chez soi.

Le mieux est alors de vous rendre sur internet et plus précisément sur le site Amazon. On y trouve un immense choix de waveboards et à des prix parmi les plus attractifs du marché.