Les accessoires de protection pour le skate

Le skate existe depuis environ 60 ans et il connaît toujours autant de succès. Plusieurs fois il est passé par des passages à vide au fil des différentes générations.

Mais le skate revient toujours et quand on y regarde de plus près il sait évoluer et innover. Ainsi, aujourd’hui il existe une multitude de planches différentes. Certaines sont plutôt dédiées à la réalisation de tricks quand d’autres servent davantage comme moyen de locomotion.

Le skate est à la fois un sport, un loisir, un art, et un style de vie. On reconnaît souvent un skateur à son style vestimentaire, à sa coiffure et à la musique qu’il écoute. L’apprentissage commence souvent à l’enfance ou à l’adolescence et continue à l’âge adulte pour les plus passionnés.

Ils sont peu nombreux les skateurs à porter des accessoires de protection, hormis chez les plus jeunes. Pourtant, parfois les chutes peuvent être très douloureuses et aboutir à une sérieuse blessure, ce qu’aurait peut-être permis d’éviter une protection.

Le skate : une discipline à la mode chez les enfants comme les adultes

Il suffit de se rendre dans un skatepark pour observer que plusieurs catégories d’âge se côtoient : enfants, adolescents et adultes. L’enfance est souvent la période à laquelle on découvre le skate et où l’on apprend à se tenir dessus et à circuler avec. On connaît les figures les plus simples. Ensuite, à l’adolescence, on commence à perfectionner sa technique et à apprendre de nouveaux mouvements et de nouvelles figures.

Une fois à l’âge adulte, naturellement, nous avons moins le temps et moins l’envie de pratiquer du skate. Très souvent, le skate se transforme surtout en un moyen de locomotion pour aller au travail ou se balader en ville. Et parfois, on continue d’essayer quelques figures. Bien sûr, chacun a un parcours différent, et nombreux sont les adultes à continuer à pratiquer régulièrement le skate pour les tricks.

 Génération après génération, il y a toujours une vague de jeunes qui se donnent rendez-vous en ville ou dans un skatepark pour pratiquer leur passion.

Les meilleures offres du moment

Les protections de skate n'ont pas la côte, et pourtant…

Bien qu’il existe différentes protections pour les skateurs, elles ne sont pas beaucoup utilisées par ces derniers. Généralement ce refus de porter des protections survient à l’adolescence. Et comme à cette période on a tendance à suivre le mouvement, peu d’adolescents vont venir au skatepark avec casque et genouillères.

Mais, il ne s’agit pas seulement d’une question d’âge, mais aussi de philosophie et de modèles. En effet, le skate est un mode de vie « à la cool » qui ne se pratique pas réellement avec une tenue de sport. D’ailleurs, le skate est souvent associé à un art plutôt qu’à une discipline sportive. Ainsi, les skateurs viennent souvent habillés comme ils le sont au quotidien. Les protections n’ont donc pas vraiment leur place. Et il suffit de regarder les grands skateurs pour observer qu’eux aussi portent que très rarement des protections, hormis en compétition.

Pourtant les protections ne sont pas futiles. Il est vrai que, comme pour le vélo, il est toujours embêtant de s’encombrer d’un casque, mais son utilisation peut éviter une grave blessure. En réalité, tout dépend du type de skate que l’on pratique. Si on utilise un skate uniquement pour circuler en ville, les protections ne sont pas vraiment utiles. Idem lorsque l’on s’amuse à réaliser quelques tricks sans risque de grosse chute.

Par contre dans d’autres situations elles se révèlent très utiles, voire indispensables : skatepark, downhill, tricks urbains sur escalier et autres obstacles en hauteur… Les blessures les plus fréquentes sont la fracture d’un poignet, fracture d’un genou, coude, épaule, cheville et tête.

Pourquoi porter des protections pour le skate / longboard ?


Lorsqu’on pratique le skate en skatepark, on est amené à réaliser des figures techniques où le risque de chute est élevé. Tous les skateurs ont déjà chuté plusieurs fois, et nombre d’entre eux ont déjà eu une fracture. Mais les accidents peuvent être plus graves lorsque le skateur retombe sur la tête. Le port d’un casque réduit considérablement ce risque. De même, les genouillères et les coudières sont aussi vivement conseillées.

Ces protections ne concernent pas uniquement le skate sur une rampe ou un bowl, mais également les tricks en milieu urbain. Bien sûr, si vous vous amusez à sauter par-dessus un petit obstacle, à réaliser des ollies au-dessus du sol ou toute autre figue de ce genre, les protections ne s’imposent pas vraiment. Mais si vous réalisez ces figures par-dessus un escalier, un dénivelé de plusieurs mètres ou en slidant sur une barre, la chute est nettement plus dangereuse.

Si le port de protections a encore du mal à s’imposer auprès de la plupart des skateurs, il est néanmoins omniprésent dans certaines pratiques de skate. On pense forcément au downhil, c’est-à-dire la descente d’une pente à très grande vitesse. Auquel cas, les skateurs s’équipent d’un casque, de genouillères, de protèges poignets et parfois de coudières.

Un indispensable !

Pour les enfants la question ne se pose pas. Vous ne devez pas laisser votre enfant faire du skate sans protection, du moins jusqu’à son adolescence, car après de toute façon il risque de ne pas vous écouter. Mais c’est en l’habituant dès son plus jeune âge à porter au moins un casque et des genouillères que vous aurez le plus de chance qu’il continue de se protéger une fois adolescent.

De plus, les os des enfants ne sont pas encore totalement formés et restent plus fragiles. Une chute, même si elle n’est pas forcément impressionnante, peut se conclure par une fracture, ou une entorse.

Les différents accessoires de protection pour le skate

Le casque protège la tête contre les chutes et les chocs. Il est sûrement l’accessoire de protection le plus important, pas parce que les blessures à la tête sont les plus courantes, mais parce qu’elles sont les plus graves. Parmi les différents modèles de casques que nous avons pu tester, nous avons retenu le casque Venom Pro.

Il possède une coque en épaisse en plastique ABS et l’intérieur du casque est en matériau EPS haute densité à la fois léger et résistant face aux chocs. La boucle de tête est réglable et la sangle se détache afin d’être lavée en machine. Le casque Venom possède aussi une doublure pad équipée de la technologie Hot pression et des aérations aérodynamiques. Il existe en trois tailles : S, M et L. Il est actuellement disponible pour seulement 15 euros. 

Les genouillères et les coudières viennent protéger des zones qui sont souvent les premières causes de blessure en cas de chute : les genoux et les coudes. Une blessure à l’une de ces articulations est douloureuse sur le moment, mais en plus le skateur met beaucoup de temps à guérir et à se rééduquer.

Le poignet est aussi une zone très sensible, puisqu’en cas de chute notre premier réflexe est bien souvent de nous amortir avec la main. 

De plus, beaucoup de figures nécessitent l’utilisation du poignet et les blessures sont courantes. Nous avons sélectionné le kit K2 Prime Pack comprenant une paire de protèges poignet, une paire de coudières et une paire de genouillères, toutes les trois de couleur noire. Vous avez le choix entre 4 tailles : S, M, L et XL. Ce kit est vendu entre 16 et 20 euros selon la taille choisie.

Si vous recherchez uniquement des protèges poignets, nous avons sélectionné la paire de protèges poignet TSG Professional. Noirs, ils existent en 4 tailles : S, M, L et XL. Et pour un prix allant de 24 à 36 euros selon la taille.

Les blessures les plus fréquentes en skateboard / longboard

Au skate, les blessures les plus courantes sont sans doute celles aux articulations et plus précisément les blessures touchant les genoux, les coudes, les chevilles et les poignets. D’ailleurs, lors des compétitions les skateurs portent des protèges poignets, des coudières, des genouillères et de bonnes chaussures.

La blessure peut survenir suite à un choc, mais aussi lors d’un mouvement trop brusque ou mal réalisé, ou suite à une chute mal amortie. Une entorse à l’une de ces articulations peut demander beaucoup de temps pour guérir et retrouver les sensations et la souplesse d’avant la blessure. Les entorses aux genoux sont souvent les plus longues.

Ensuite, on retrouve les blessures aux tibias, aux bras, et celles touchant le dos et la tête.

Quelques conseils pour éviter de vous blesser

Le risque zéro n’existe pas, et la pratique du skate entraîne forcément un risque de blessure. Rares sont les skateurs réguliers qui ne se sont jamais blessés. Cependant, toutes les blessures ne se valent pas et certaines peuvent être très graves. Logiquement, les blessures les plus graves surviennent dans les rampes et les bowls ou lors d’obstacles urbains hauts ou de type escaliers.

Le premier conseil est donc de bien travailler son niveau de skate et sa technique avant d’envisager à commencer certaines figures plus périlleuses. Il ne faut pas se voir plus fort qu’on ne l’est, et à la base le skate n’est pas une compétition. Veillez aussi à ne jamais tenter des tricks délicats seuls. Il faut être patient et progresser étape par étape.

Naturellement, pour réduire le risque de blessures, il faut porter des protections : casque, genouillères, coudières, et protèges poignet. Sans oublier de bonnes chaussures qui maintiennent parfaitement les pieds et les chevilles.